COMME PSY COMME ÇA

• Le mood :

Un bonbon que l’on avale comme un glouton.
Pour un peu et l’on s’étoufferait presque avec.
C’est drôle, fin, intéressant, intelligent.
Mardi Noir aka Emmanuelle Laurent décrypte pour nous la psychanalyse avec un bon coup de dépoussiérant !


• L’histoire :

Bon. À tous ceux qui ne connaissent pas encore MARDI NOIR, la chaîne Youtube d’Emmanuelle Laurent, on va remédier à ça 🙂
Je l’adore, je suis fan alors son livre, je n’attendais que lui.
Manu, elle vous débrousse la psychanalyse avec cet humour qui décaperait même le plus coincé d’entre nous.
Son cynisme plein de finesse.
Son regard sur la vie qui vous arrache ces gloussements protubérants.
Ses névroses qu’elle nous confie avec une liberté qu’on lui envie.
Tout y passe, normes sociales, phobiques poseurs de questions, sexe, amour, ado, enfants névrosés de la crotte de nez…

On commence avec son premier trauma.
Jour de deuil national, Manu n’a pas de zizi.
Alors oui c’est bien ça lui évitera de comparer la taille de son pénis toute sa vie.
Mais c’est aussi 20 ans à accepter ce vide.
Sa profondeur sexuelle quand les hommes jouent à l’hélico-bite.

Et si la psychanalyse était sexiste ?
C’est vrai quoi ! Tout se base sur le phallus, la castration.
Lacan, Freud même combat des machos au pays des psys.
Le zizi serait-il notre phare dans la nuit ?

L’auteure s’interroge.
Se basant sur des théories genrées, comment la psychanalyse va-t-elle survivre ?
Pour survivre elle va devoir évoluer avec la société, se réinventer.

Elle revisite pour nous ce concept Lacanien : « Il n’y a pas de rapport sexuel ».
Entendre : il n’y a pas de fusion entre les êtres.
Impossible de ne faire qu’un, n’en déplaise à certains.
Elle nous prend alors Jeanne et Gaspard en exemple.
Ce couple trop parfait qu’il en serait presque dégoulinant.

« Moi et mon Activia, on fait tellement bien caca tous les deux qu’on va se marier le mois prochain. »

Puis manu s’attaque au concept de jalousie.
Elle vit la tyrannie de ce bouton vert Facebook qui indique que son mec est connecté.
S’étouffant de ne pas lui demander ce qu’il fait à tout bout de champ.
Quand elle se contient, son esprit fantasme et s’imagine des scenarii improbables.
La trahison.
La jalousie. Ce poison qui reste un bon indicateur de relation.

« Reconnaître mon envie de réduire en miettes le bonheur des autres me rend assez heureuse, je dois dire. »

Puis viennent les secrets familiaux.
Et la mégalomanie du tournevis.
Oui tu sais quand tu restes avec un homme pour son côté utilitaire mais qu’il est d’un ennui aussi rébarbatif qu’il fait fondre ta libido pire qu’en période de réchauffement climatique.

« Quand la lâcheté se transforme en renoncement, voire en résignation, ça craint ; j’en étais là. »

L’auteure s’interroge en reprenant Freud.
Aimons-nous souffrir ? Ou sommes-nous dépassés par nous-mêmes ?

« Freud va tourner autour de cette notion de la pulsion de mort (expression antinomique à souhait, car une pulsion dans l’idée, c’est vital). Puis Lacan va investir le terme jouissance et nous le servir en entrée-plat-dessert, à l’apéro avec des cacahuètes et un trait de whisky… »

Bref, Emmanuelle est géniale.
Et nombre de surprises vous attendent encore.
La rivalité en amitié.
L’intoxication mortelle à la crevette rose de Madagascar.
Le moi narcissique.
Le signifié et le signifiant de Lacan.
La pulsion de mort et cet énergumène que l’on croise maintenant au détour de chaque conversation :
Le pervers narcissique.

Je n’ai plus qu’une seule question.
À quand un Tome 2 ?
#OuiJeSuisCompletementPiquee


• L’Extrait :

« Ce n’est pas sexe un tournevis, ça fait mal. Il ne faut pas s’en servir comme d’un objet sexuel. »



• Mon avis :

Vous l’avez compris, ce livre je l’aime je l’adore !
Mais plus sérieusement, au-delà de l’aspect humoristique et des éléments de sa vie que l’auteure prend régulièrement en exemple pour nous aider à projeter le concept sur le réel, j’ai beaucoup aimé son style empreint de liberté.
Et son talent de nous faire comprendre des concepts subtiles et complexes de la psychanalyse.
Sa ferveur à s’interroger et remettre en question les concepts fondamentaux de la psychanalyse sur lesquels nous nous reposons encore aujourd’hui.
Comme celui du symbole phallique.
Un renouveau sonne avec Emmanuelle Laurent qui nous emporte et nous red complètement addict.


• L’auteur :

Emmanuelle Laurent

mardi-noir.jpg

Emmanuelle Laurent est diplômée en psychologie clinique. Passionnée de psychanalyse, elle possède une chaîne Youtube « Mardi Noir » où elle aborde des concepts psychanalytiques de façon décalée. Son premier livre « Comme psy comme ça » est sorti le 12 septembre 2018.

*Source : Babelio


• Références :

  • Comme psy Comme ça
  • Auteur : Emmanuelle Laurent
  • Maison d’édition : Payot
  • Date de publication : 12.09.2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s