Faune et flore du dedans

• Le mood :

Un texte pour qui sait avancer au milieu des lianes, aveugle.
Sans chercher à savoir où il va.
Je l’ai abandonné. Mais je pense que ce texte peut trouver son public.


• L’histoire :

LA PEUR DE L’ABANDON.

Première lecture de la nouvelle saison des 68 Premières fois.
Ce livre je l’avais imaginé autrement.
Pour moi, je partais en expédition en Amazonie, j’allais vivre des aventures et émotions incroyables.
J’allais sans doute devoir fuir un amour déchu.
Mais ce serait initiatique, contemplatif et terriblement bon.
Ce n’est pas ce qu’il s’est passé.

Je n’aime pas abandonner un livre.
Parce que je me dis qu’en abandonnant je ne vais pas jusqu’au bout.
Je peux passer à côté de quelque chose d’important.
Peut-être même du moment de basculement.
Je suis allée jusqu’à la page 117 en m’armant du désir de vivre cet instant.

Mais je relis trois fois les phrases sans réellement comprendre de quoi on parle.
J’essaie de mettre des visages sur les personnages qui n’ont pas tout de suite de nom.
La narratrice passe d’un fait à l’autre.
Du présent au passé.
D’un homme à un autre homme.
Celui de la forêt, puis celui qu’elle a apparemment fui.

Je me dis alors que je continue à lire pour ce voyage dans la jungle que j’entreprends.
Mais je n’arrive pas à ressentir l’histoire de la nature.
J’ai cette sensation que les phrases sont comme des lierres avec trop d’effets de style pour m’en imprégner.
Je finis par ne plus comprendre l’histoire ni ce à quoi elle pourrait aboutir.

J’avais pourtant apprécier les débuts.
Cette volonté d’enfouir ce qu’il reste de l’autre.
Recouvrir de terre chacun de ses mots.
Qu’il ne reste plus rien.
Tuer le souvenir.
Piller les vestiges.
Se réfugier au coeur de cette nature.
La quête d’un apaisement que l’on n’espérait plus.

Le récit du présent s’entrecoupe de morceaux du passé emmêlés.
La rencontre entre elle et Xavier.
L’apparition d’Igor.
La perte d’un enfant. Le ventre vide…

La construction rend très complexe la compréhension de l’histoire.
Je me suis perdue en chemin.
Je ne comprenais plus le sens de ce que je lisais.
Ce qui ne m’a permis ni de m’attacher aux personnages, ni de profiter des paysages.
Je reste cependant persuadée que ce livre peut correspondre à d’autres lecteurs.
Il s’agit de ce que l’on cherche. D’un style qui nous parle ou non.
J’ai d’ailleurs lu de jolies critiques par ailleurs comme sur le compte Instagram de @theunamedbookshelf.


• L’extrait :

« Être coincée entre le ciel et la terre ne me fait pas autant peur que d’être près de toi, à quelques mètres. »


• Mon avis :

Avis donné ci-dessus dans la partie « Histoire » 🙂


• L’auteur :

Blandine Fauré

blandine.jpeg

Blandine Fauré est née en 1984. Elle vit en région parisienne, et travaille dans le secteur culturel et artistique en Seine-Saint-Denis.
Faune et flore du dedans est son premier roman.

*Source : Babelio


• Références :

  • Faune et flore du dedans
  • Auteur : Blandine Fauré
  • Maison d’édition : Arléa
  • Date de publication : 30.08.2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s