L’homme que je ne devais pas aimer

L’homme que je ne devais pas aimer. Agathe Ruga – Editeur : Flammarion

• Le mood :

Un roman qui écrit la passion d’un amour dévorant qui porte le visage des hommes de la vie d’Ariane qui s’entrechoquent comme autant d’accidents, d’incidences et de signes qui devaient la mener exactement là ; à cette obsession qui transcende le ventre et tout ce que veut trop souvent nous dicter la raison.


• L’histoire :

Quel bruit fait l’amour qui ravage lorsqu’il s’approche ?
Sans doute celui des bottines sur le sol sombre et collant d’un bar.
Des bottines tatouées et barbues qui chanteraient, parleraient fort et chavireraient le coeur comme un shooter naviguant dans la nuit au fin fond d’une gorge enivrée.

Comment savoir qu’un seul bruit ferait alors voler en éclat la vitrine d’une famille, que ces bottines piétineraient l’artère de vie, celle qui bat. Comment savoir que dans ces bottines, ce serait alors toutes les autres qui tambourineraient.
Celles de tous les hommes du passé.
Celles qui sont entrées et sorties sans un bruit en passant la porte de la vie d’Ariane.
Celles qui y sont entrées avec fracas.
Celles qui l’ont chamboulée.
Les disparues, les rompues, celles qui ne lui ont pas appartenues mais peuplent les souvenirs de nombreux hivers.

Comment savoir que d’un bruit de pas, naîtraient des nuits sans sommeil, des vertiges aux côtés d’un mari vestige déjà d’un « moi » qui voudrait être ailleurs plutôt que juste là.
Il est des croix accrochées au rétroviseur qui sont le miroir d’un passé qui ne fait que voyager entre cet avant et le présent.

Il y a cette urgence du ventre à nourrir le coeur.
Celui d’une mère qui brûle d’accoucher d’elle-même de nouveau, une renaissance impatiente, une quête qui prend le visage des hommes qui sculptent nos vies au travers de leurs amours, tous différents.


• Mon avis :

La plume qui revient forte, pleine de nouvelles figures, d’un style affûté qui nous livre toute la brutalité de cet amour là, du changement en soi d’être mère.

« Le visage en italique » ; l’écrivaine invoque des images qui restent en nous longtemps après lecture.
Un second roman sans nulle doute qui signe une écriture qui s’inscrit dans une sorte de libération et d’exaltation des lettres, une véritable montée en puissance !


• L’auteur :

Agathe Ruga

Copyright Photo Pascal Ito

Nationalité : France
Né(e) à : Nancy , le 12/05/1986

Agathe Ruga est écrivain et chroniqueuse littéraire sous le nom d’Agathe.the.book.
Elle a fondé le Grand Prix littéraire des blogueurs littéraires et vit en Bourgogne.

BIBLIOGRAPHIE
Sous le soleil de mes cheveux blonds

*Source : Babelio


• Références :

  • L’homme que je ne devais pas aimer
  • Auteur : Agathe Ruga
  • Maison d’édition : Flammarion
  • Date de publication : 13.04.2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s