Kant tu ne sais plus quoi faire il reste la philo

• Le mood :

Vous venez de vous faire larguer et vous êtes au fond du bac au bout du rouleau ? Vous êtes un(e) acheteur(se) compulsif(ve) et vos désirs dirigent toute votre vie ? Votre chien est mort et vous lorgnez sur la boîte de Lexomil ? Vous avez monté votre boîte avec l’enthousiasme et la révélation du KING et vous êtes en plein down ? CE LIVRE EST POUR VOUS !!!!


• L’histoire :

J’ai toujours adoré la philo. Mais en lisant le livre de Marie Robert (prof de philo aussi sexy qu’érudite) je me suis aperçu d’une chose CAPITALE.
J’ai toujours vécu et lu la philo comme un puit de science et de connaissances.Sans JAMAIS me dire « Meuf, tu pourrais l’appliquer à ta vie. »
Alors que bien sûr que si !

Ce livre, vous l’aurez compris, relève donc du génie. Quelqu’un a enfin osé, et j’aurais plus qu’aimer avoir une prof de philo comme cette auteure. Un bonbon meilleur que toutes les boîtes de Xanax. J’avais trouvé étrange à l’époque, qu’au milieu d’une discussion de bouquins, mon psy me suggère « Vous avez lu Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche ? Il pourrait vous aider. L’épreuve, la colère tout ça… ».
En bonne patiente je l’avais acheté pour lui faire plaisir (en me disant que j’aurai peut-être une meilleure note à la prochaine séance) et je ne l’ai jamais lu. ERREUR.

Parce que Kant tu ne sais plus quoi faire…IL RESTE LA PHILO.

Ce livre est né dans l’esprit de Marie Robert au beau milieu d’une crise de panique chez Ikéa. En plein syndrome d’achat inutile et confrontée à l’exaspération de son amoureux qui voit les bougies et les plantes s’entasser dans le caddie.

Et là… Spinoza ! Apparition divine.
Lui revient alors que le désir c’est la vie. Déculpabilisons donc. Consommons. Nous sommes des humains dotés du pouvoir divin.
Ne craignez rien. Si vous avez la folie dépensière c’est juste votre conatus spinoziste qui s’agite 😉

Ce livre est composé de 12 chapitres, 12 situations de vie de loose, de galères, de doutes, pour tout ça PHILO RESCUE.

« Entre boire et devenir, il faut choisir. »

Ou comment tenir les bonnes résolutions et savoir ce qui est bon pour nous avant de lamentablement replonger. C’est là qu’Aristote débarque pour nous expliquer quelle est la meilleure manière d’agir.
Les ratés nous sont bénéfiques pour accéder au bonheur. Vous pouvez respirer.

Vous flanchez devant l’épreuve ? Just do Nietzsche ! (J’adore ce titre).
Là encore il nous aide à ne pas nous laisser terrasser par le stress. Nietzsche intervient : écouter son instinct et se dépasser pour être soi.

Vous êtes jugé(e) comme l’incasable trop exigeant(e) ou l’amoureux(se) de l’idée de l’amour ?
Alors que vous êtes juste dopée à la croyance qu’un jour vous trouverez LA BONNE personne.
Vous accumulez les déceptions.

« La seule moitié que vous voulez former avec lui, c’est pour partager l’addition. »

Le mythe d’Aristophane repris par Platon est à notre image : nous, cherchant inlassablement notre moitié.

« Chacun d’entre nous est la moitié complémentaire d’un autre. »

Ne désespérez pas et continuer votre quête de l’amour. « Vous êtes platonicien »

Vous l’aurez compris, arrêtez les bêtabloquants, lisez ce livre, il est drôle, très bien écrit, intelligent dans son approche, finement accessible et nous délivre une dose de « je dé-complexe donc je suis ».
Foncez !


• L’extrait :

« C’est ainsi qu’est née l’idée de ce livre : douze situations de crise et douze philosophes capables de nous apaiser et de nous aider à dédramatiser. Dans ces récits, j’ai voulu parler de tous ces moments qui nous échappent, de ces minutes de chaos où tout vacille, de ces instants qui nous laissent en proie à la colère, aux larmes, à la culpabilité, à l’incompréhension, à la honte, bref, à la loose. Des histoires que nous avons tous vécues. »


• Mon avis :

Je n’avais jamais lu d’ouvrages qui abordaient ainsi la philosophie. Comme une manière de penser la vie, de relativiser tous nos petits soucis puis d’en accepter certaines choses quand nous n’avons pas le choix, qu’elles sont , par nature inéluctables.

Je pense qu’elle mériterait d’être abordée ainsi dans les lycées, car outre cette approche plus accessible, elle est d’une véritable aide quand tous les arguments de vos amis tombent au fond de votre verre de vin blanc.

C’est drôle, fin, érudit. J’aime.


• L’auteur :

Marie Robert

kant

* Marie Robert enseigne la philosophie et le français aussi bien à l’université qu’au lycée.
Elle a également créé sa propre école maternelle et primaire à Marseille en suivant la pédagogie Montessori.

*Source : Babelio


• Références :

  • Kant tu ne sais plus quoi faire il reste la philo
  • Auteur : Marie Robert
  • Maison d’édition : Flammarion
  • Publication : Mars 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s