Une Odyssée

• Le mood :

Une exploration passionnante de l’Odyssée d’Homère, de l’histoire d’un fils et de son père, où l’on revisite un texte légendaire balloté entre les rires et un immense sentiment de tendresse.


L’histoire :

L’Odyssée d’Homère a été un texte qui a profondément marqué mon enfance.
Les épreuves d’Ulysse, les trahisons, les amours forcés, les détours qui empêchaient tout retour à Ithaque.
Il n’y a finalement pas de hasard à avoir croisé le chemin de ce livre qui me retrouve des années plus tard.

Daniel Mendelsohn nous livre ici un récit autobiographique.
Pourtant si l’on croyait y trouver sa propre histoire,
C’est la biographie de son père qu’il y tisse.
S’y mêlera tout au long du livre une construction brillante
Qui nous raconte l’histoire de Jay Mendelsohn, la liant aux différentes épreuves de l’Odyssée d’Homère.

Daniel est professeur à l’Université
Et il s’apprête à donner un séminaire sur l’Odyssée.
Son père ; ancien chercheur scientifique de 81 ans
Est habité d’un immense regret : avoir abandonné l’apprentissage du Grec à la fin du lycée, l’empêchant alors dans l’accès à l’analyse des textes anciens comme L’Odyssée d’Homère.

Il décide alors d’assister au séminaire de son fils en tant qu’élève,
Au milieu de jeunes étudiants,
Et fera, chaque jour, le long chemin pour venir y assister.

« Ce choc, reconnaître mon père sous les traits d’un vieillard, ne m’était plus totalement nouveau, mais parfois, sous une certaine lumière ou dans des situations données, son apparence arrivait encore à m’étonner. »

Trop fatigué parfois,
Il dormira sur place dans le lit qu’il avait lui même confectionné lorsque Daniel était enfant.
Un lit, qui, comme dans l’Odyssée, avec le lit des époux Ulysse et Pénélope, renferme un secret que seuls eux connaissent.

Plongeon au coeur des générations.
De ce que l’on transmet.
De l’ombre d’un père que l’on perçoit un jour tout autrement en perçant ses plus intimes secrets.
Ses failles et ses blessures.

« La seconde chose qui me frappe quand je repense aujourd’hui à cette histoire, c’est que pendant tout le temps que nous avons passé ensemble dans l’avion, l’idée de nous parler ne nous a pas effleuré un instant.
Nous avions nos livres et cela nous suffisait. »


C’est au cours d’une croisière « Sur les traces d’Ulysse » que Daniel va réellement rencontrer son père.
Privilège d’enfant que de passer ces instants seul avec son père.
Tous deux partant de Troie pour arriver jusqu’à Ithaki.

« Nous avons visité le site austère de la Côte de Campanie, près de Naples, que les Anciens croyaient être les bouches de l’Hadès, le royaume des morts – autre étape inattendue du voyage de retour d’Ulysse, mais peut-être pas aussi inattendue que cela, puisque, un jour ou l’autre, chacun doit régler ses comptes avec les morts avant de reprendre le cours de sa vie. »


Voyage initiatique et exploratoire au coeur de la nature humaine.
Des valeurs.
La droiture d’un père sans égal.
L’engagement, l’honneur inébranlable.
Face à la ruse d’Ulysse mais à sa droiture sans faille de vouloir, toujours,
Revenir à Ithaque.

« Mais quelle est la vraie nature d’un homme, demande l’Odyssée, et combien de nature un homme peut-il posséder ? Comme je l’appris cette année-là, l’année où mon père a suivi mon cours sur l’Odyssée et où nous avons refait le voyage du héros, les réponses peuvent être surprenantes. »


On s’amuse et on rit des interventions du père de Daniel en plein séminaire.
Il s’insurge contre Ulysse, qui pour lui, est tout sauf un héros !
Un faible qui se fait toujours aidé par les dieux dès qu’il rencontre un problème !
Quand Jay, lui, a tout acquis
Par le mérite, sans jamais tricher.

« Donc tu admets qu’il a perdu tous ses hommes ?
Oui, répliquai-je, sur la défensive. J’avais l’impression d’avoir onze ans, qu’Ulysse était un camarade de classe qui avait fait une bêtise et que j’avais décidé de le défendre quitte à être puni avec lui. »

Je ne vous en dis pas plus,
Mais au-delà de sa propre histoire, l’auteur nous livre une analyse des plus fines du texte d’Homère.
Entre étymologie, symbolisme, Histoire, on se gausse des analyses des élèves et du père.
Le mariage raté avec Menelas et Hélène.
L’analyse de la scène d’Ulysse pleurant toutes les larmes de son corps car il n’en peut plus de coucher avec Calypso.
Ou encore le sexisme ambiant chez les Dieux qui peuvent se taper de jeunes humaines mais qui l’interdisent aux déesses.

On pourrait résumer l’objet de ce livre à ce Texte de l’Odyssée :
« Peu de fils sont l’égal de leur père ; la plupart en sont indignes, et trop rares ceux qui le surpassent. »

Pourtant ici, les lacunes du père et les connaissances du fils seront le fruit de leur plus grand partage.


L’extrait :

« Il appuya sur un bouton de son ipad et l’Illiade émit une lumière bleutée dans la pénombre. Ouais, on dirait… Puis il leva les yeux et dit : C’est une croisière sur l’Odyssée, n’oublie pas. Chacun a une histoire à raconter. Et chacun a…son talon d’Achille. »


Mon avis :

Ulysse : homme de douleur.
Un texte absolument fascinant dans lequel Daniel Mendelsohn explore la redécouverte tardive de son père.
Goûtant le privilège de l’enfant se retrouvant seul avec lui.
Au-delà de l’analyse brillante du texte d’Homère, aussi bien dans sa sémantique que sa symbolique, ce livre est une quête initiatique, un voyage père-fils tentant de trouver chacun leurs réponses, adossés à l’histoire d’Ulysse et de Télémaque.
Une exploration passionnante où l’on revisite un texte légendaire balloté entre les rires et un immense sentiment de tendresse.


L’auteur :

Daniel Mendelsohn*

Daniel Mendelsohn est docteur en lettres classiques, écrivain et critique littéraire américain et contributeur à de nombreuses revues dont la célèbre New York Review of Books. Il enseigne également la littérature classique à l’université de Princeton puis au Bard College dans l’État de New-York.

En 2006, il publie « The Lost », publié en français sous le titre « Les Disparus ». Dans cet ouvrage, il retrace les recherches qu’il a menées pour retrouver la trace de six membres de sa famille, tués par les nazis, durant la Seconde Guerre mondiale. Ceux-ci vivaient dans la petite ville de Bolechow, située aujourd’hui en Ukraine. L’auteur collecte des témoignages au cours de plusieurs voyages, en Ukraine, en Australie, en Israël et les confronte à la mémoire des disparus telle qu’elle lui a été transmise par sa famille, ainsi qu’à de rares documents d’archives… Cette œuvre inclassable oscille entre enquête, reconstitution historique et chronique intimiste.
« Les Disparus » a reçu en 2007 le Prix Médicis du roman étranger.

En 2008, sort en France « Si beau, si fragile : essais critiques ». Travail sur la confrontation des cultures au travers du théâtre, du cinéma et de la littérature.

L’année suivante paraît en France « L’étreinte fugitive ». Ce livre édité aux États-Unis en 1998, constitue le premier volet d’un triptyque dont « Les Disparus » forment le second. Il a également reçu une réception critique exceptionnelle.

En 2017, sort le très remarqué « Une Odysée : un père, un fils, une épopée ». Roman autobiographique dans lequel il relate un séminaire d’études qu’il consacra à l’Odyssée d’Homère et auquel participa son père aujourd’hui disparu Jay Mendelsohn.

*Source : Babelio


• Références :

  • Une Odyssée
    Un père, un fils, une épopée
  • Auteur : Daniel Mendelsohn
  • Maison d’édition : Éditions Flammarion
  • Date de publication : 13.09.2017

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s