Rose Royal

• Le mood :

Une histoire sombre, courte et intense sur une femme cinquantenaire. Ses épreuves de vie, ses désirs, ce nouveau grand amour qui frappe à sa porte. Puis la révolte. Un roman social cruellement juste.


• L’histoire :

Un portrait d’une grande tendresse sur la cinquantaine
Cette nouvelle adolescence d’aujourd’hui
Quand c’était le vieil âge d’hier.
Les maladresses de se retrouver nu, de la rencontre.
C’est aussi le récit de la violence, sournoise et implacable.

Chaque soir, Rose se rend au Royal.
19h. Sa petite bière
Et ses longues jambes juchées sur talons hauts.
La cinquantaine.
Cette sensation que sa vie est derrière.
Des efforts, à quoi bon…

« Il était déjà tard dans sa vie et ses efforts ne rimaient sans doute pas à grand chose. »

Vivre par automatisme, taire les projets.
Attendre sa copine Marie-Jeanne qui vient le mardi et le jeudi au bar de Fred.
Rose est fière de regarder son âge en face
Pas comme d’autres bonnes femmes qui se lamentent.
Non, elle n’a pas ce problème.
C’est une femme forte.
Et puis pas du genre à baisser les yeux face à un homme.
D’ailleurs depuis Thierry elle a un revolver.
Qu’ils s’avisent de vouloir lui lever la main !

Enfin les hommes c’est pas ce qui lui a manqué
Depuis toute jeune elle les a collectionnés
Provocante et affamée.
Soldé parfois par une main forcée,
Si tôt étouffée, elle se disait que c’était les risques.

Pourtant ce revolver allait servir
À soulager un chien éventré par une voiture.
La chienne de Luc.
Celui qui allait lui faire croire de nouveau au grand amour.
Elle qui s’était perdue dans les déserts
Du dating online.

« On s’affamait aujourd’hui d’amour, de sexe, d’un autre toujours introuvable et par conséquent monnayé. Car les gens étaient seuls, tous accaparés par leur boulot, leur existence productive et empressée. Tous divorcés à 40 ans, accrocs à la baise, aux écrans (…) »

Miroir de ce monde dans lequel les coeurs errent
Les âmes ne s’accouplent plus mais se trompent, s’ennuient
La seule issue est devenue cet écran de portable qui vous envoie des messages quand il y a un match.
Rdv tous décevants.
Désespoir grandissant.
Pourquoi et comment ne nous rencontrons nous plus ?
Le travail, nos individualités auraient ils tué l’amour ?

« Un couple a autant besoin de douceur que d’amnésie. Aucun amour ne peut survivre à ses archives. »


• L’extrait :

« Son visage, par contre, ne tenait plus si bien la route. Il n’était ni gras, ni particulièrement creusé, mais le temps y avait laissé sa marque de larmes et de nuits blanches. »


• Mon avis :

Un vrai coup de coeur pour ce roman noir, très court.
Intense.
Nicolas Mathieu est cet auteur social.
J’avais aimé son précédent roman Goncourisé,
J’ai beaucoup aimé celui-ci.
L’angle de la force, de la ténacité,
pour finalement parler aussi de l’extrême fragilité des femmes.
Celles qui dépendent d’un homme pour vivre,
Les bassesses, les coups,
L’état de servitude précaire
Une autre forme de violence sociale.
La vie.


• L’auteur :

Nicolas Mathieu*

 

Nicolas_mathieu.png
Copyright  : JOEL SAGET – AFP

 

*Nicolas Mathieu est un écrivain français.

Il réalise un mémoire universitaire de maîtrise en arts du spectacle à l’Université de Metz intitulé « Terrence Malick : portait d’un cinéaste en philosophe », sous la direction de Jean-Marc Leveratto.

Après des études d’histoire et de cinéma, il s’installe à Paris où il exerce toutes sortes d’activités : journaliste pour un site d’information en ligne, rédacteur dans une agence de reporting (2008).

Son premier roman, « Aux animaux la guerre » (2014), remporte en 2014 le prix Erckmann-Chatrian et en 2015 le prix Mystère de la critique et le prix du roman du Festival du goéland masqué.

Alain Tasma adapte en série « Aux animaux la guerre » pour France 3, avec l’acteur Roschdy Zem dans le rôle principal. Le tournage débute en mai 2017, à Épinal.

En 2018, Nicolas Mathieu remporte le prix Goncourt pour son deuxième roman, « Leurs enfants après eux » (août 2018), le récit politique d’une jeunesse qui doit trouver sa voie dans un monde qui meurt. Cette œuvre évoque les conséquences de la désindustrialisation sur la classe ouvrière française.

Aujourd’hui, Nicolas Mathieu vit à Nancy et partage son temps entre l’écriture et le salariat.

*Source : Babelio


• Références :

  • Rose Royal
  • Auteur : Nicolas Mathieu
  • Maison d’édition : Éditions Atelier IN8
  • Date de publication : 27.09.2019

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s