Les Échappées

• Le mood :

Un roman dystopique qui dénonce l’horreur des rouages déjà en place dans notre société.
Un récit qui porte l’asservissement de l’homme au pire, mais qui ouvre aussi une voie(x) à la désobéissance, à la rébellion. Parce qu’un autre modèle est possible.


• L’histoire :

« On porte en soi la mort comme un fruit qui mûrit, paraît-il, mais on ne veut pas, pour autant, qu’elle parvienne à maturité. »

Stern.
Venue d’un temps incertain.
Peut-être plus ancien.
Une voix clandestine dans les radios
et de petits récepteurs que l’on distribue en cachette.
Une voix. Des messages pour croire en ce qui fut un jour.
Unique menace au pouvoir en place.

Au coeur d’une société monstrueuse régie entièrement par des caméras.
Ceux qui regardent, scrutant la moindre anomalie.
Les Étés sont froids et les trains ne passent plus depuis longtemps déjà.
Des centaines de morts.
Des Hommes fatigués. Tous.
L’espérance de vie raccourcie.
Comme les nuits.

On redoute une attaque biologique.
Des frappes.
Appel à la prudence.
Une seule voix se dresse face à la joie qui s’est effacée du monde.
Stern.
Face à la peur qui s’est emparée des esprits.
La police enjoint le peuple à dénoncer.
Les personnes infiltrées qui distribuent ces récepteurs qui diffusent la parole de Stern.

Parallèlement, le récit d’Oskar.
Témoin d’un crime.
Noyade cruelle de Corinne.
Elle et cette petite soeur dont les peaux se sont appelées et mêlées.
Punies par les eaux et la cruauté de gosses.

« On rendra aux parents le corps sans vie de l’une. Et l’autre, qui fut épargnée, s’efface. »

Des murs érigés en frontières.
Le travail de forçat et la fatigue comme preuve de courage.
Un ciel d’acier.
L’effondrement des corps tels des souches mortes au milieu des factions.

Les insubordinations pourtant s’accélérèrent.
L’effacement comme rébellion.

Une narration d’un point de vue en dehors du temps.
Un récit mêlant dystopie et poésie sur un rythme des 4 saisons
Où s’entrecroisent des récits parallèles qui ne se rejoignent jamais vraiment.
Lucie Taïeb nous murmure des incantations sombres
Au coeur de cette société qui ressemble tant à la nôtre.

« Le problème des corps, c’est qu’une fois noyés, ils remontent. »

L’hiver arrivant
Quelque chose d’inéluctable est en marche.
Un souffle nouveau de vie et de mort.
Le brouillard couvre les échappées.
Un rébellion s’est éveillée
Pendant que l’asphalte avale,
Que les hommes torturent et violent,
Que toutes portent dorénavant le nom de Stern,
Une nouvelle magie est à l’oeuvre.
Celle de la désobéissance des Hommes.

 


• L’extrait :

« N’ayez crainte du relâchement, quand l’heure vient, il y a plus de courage à desserrer la prise qu’à se cramponner encore au privilège factice d’être de ce monde. »


• Mon avis :

Un roman dystopique que j’ai adoré tout autant qu’il m’a angoissée.
Je le lisais le coeur assombri. Comme un nuage que l’on aimerait chasser.
Parce qu’il nous effraie par son existence, sa vérité.
Nous soulèverons-nous contre ce qui est en marche ?

 


• L’auteur :

Lucie Taëb

taieb-categorie.jpg
© Jean-Luc Bertini

*Lucie Taïeb est poète et traductrice.
Elle est agrégée d’allemand et titulaire d’un doctorat en littérature comparée (thèse : « Territoires de mémoire, l’écriture poétique à l’épreuve de la violence historique »)

Elle est maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Brest. Elle a traduit notamment Heidi Pataki (bio-bibliographie, extrait 1) et Ernst Jandl (bio-bibliographie, extraits 1, ext 2, ext. 3), tous deux présents dans Poezibao par ses soins.

2012 « Territoires de mémoire – L’écriture poétique à l’épreuve de la violence historique »
2013 « tout aura brûlé », avec des illustrations de Sidonie Mangin

*Source : Babelio


• Références :

  • Les Échappées
  • Auteur : Lucie Taïeb
  • Maison d’édition : Éditions de l’Ogre
  • Date de publication : 05.09.2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s