Ma dévotion

• Le mood :

Un immense coup de coeur !
Un de mes premiers livres de 2019, je ne pouvais pas mieux commencer l’année.
À lire absolument si vous aimez l’art et les histoires d’amour impossible.


• L’histoire :

« (…) et j’entendais la voix sourde de la jeune femme que j’avais été, une fille introvertie, se cachant derrière ses livres, aussi terrifiée qu’orgueilleuse, et qui tâchait férocement d’imposer un ordre au monde. »

J’ai fini ce livre le ventre ouvert.
Je n’aurais pas pu être Helen.
Je n’ai pas sa force et le courage de son dévouement dans l’amour.
l’amour…Que dis-je ?
C’aura été le prix d’une vie dévastée.
L’égoïsme d’un seul terrassant l’amour de l’autre.
Un amour si fort qu’il aura hissé un homme au sommet de son art.
Qu’il aura lié le destin d’Helen et Franck pour une vie entière.
Qu’il les aura rendus aveugles à la pire des tragédies.
Une histoire d’amitié dans l’abnégation des sentiments dévorants.
Déchirants.

Après 23 longues années d’absence et de silence, Helen et Franck se recroisent sur un trottoir de Primrose Hill.
Il devra se taire.

« C’est moi qui vais parler, et moi seule. Je vais tout te raconter, ici et maintenant, debout dans la rue, je vais te raconter toute notre histoire depuis le début, parce qu’il faut que je l’entende, moi aussi. »

Cette fois, c’est elle qui fera entendre sa voix.
C’est elle qui va les raconter.

« C’est toi, tu n’as pas changé à quatre-vingt ans tu sembles toujours le jeune homme que j’ai connu – mais tu es aussi comme une ville natale dans laquelle en revenant on regrette qu’un de nos immeubles préférés ait été démoli en notre absence et remplacé par un Starbucks. »

Ils se sont connus enfants à Rome.
Il devient son frère, pour conjurer l’horreur des siens.
Puis les corps se mêlent pour faire taire le cri de leurs existences,
Qu’ils scellent en vivant ensemble à Amsterdam.
Mais alors que Franck s’enferme en espérant Devenir,
Elle devient l’amie, le phare dans la nuit de sa vie.

« Que j’étais tombée passionnément amoureuse de toi, je l’avais su à ce moment là, Frank Appledore. Quand je t’avais eu, je ne t’avais pas gardé, et à présent j’étais séparée de toi, mes droits avaient cessé de prévaloir sur tout le reste. J’avais pourtant eu l’impression que quelque chose s’était produit entre nous en Italie (…) »

Un jour muse, lui inspirant ses premiers mots,
lui faisant rencontrer les plus grands peintres,
Elle paiera le prix d’un égoïsme plus grand encore.
Dévote, elle quittera la vie qu’elle s’était construite loin de lui.
Cette fois elle sera mère.
Mais elle restera pourtant toujours cette meilleure amie.
Des amants maudits nous livrant un récit grandiose sur des notes de tragédie grecque.

« Moi, Helen, j’étais bel et bien arrivée la première dans ta vie, et pourtant, comme Gabriel Oak, j’étais destinée à errer des années avant que l’objet de mon amour ne me voie. Est-ce que tu me vois, à présent ? Frank, mes livres – tous mes livres – ne parlent que de toi. »

 


• L’extrait :

« Je me censurais. Je ne faisais que ça. Je le vois à présent. Je m’interdisais, avec une vigueur qui me dépassait moi-même, de dire combien je regrettais tout, combien je me sentais maladroite et insatisfaite dans ce nouvel ordre des choses. »


• Mon avis :

Un livre qui m’a happé de ses premiers mots jusqu’aux derniers.
J’ai suffoqué de toutes ces années gâchées.
Un amour fou qui devait disloquer les ventres de la vie comme Médée avant elle.
Certains apprennent à se détruire comme d’autres apprennent à s’aimer.


• L’auteur :

Julia Kerninon

julia_kerninon.jpg

Julia Kerninon est écrivaine.
Elle a participé aux scènes de slam poésie à Nantes, puis a publié deux livres sous le nom de Julia Kino, « Adieu la chair » (2007) et « Stiletto » (2009).

Sous son vrai nom, elle a publié « Buvard » (2014), roman qui reçoit de nombreux prix dont le prix Françoise Sagan, « Le dernier amour d’Attila Kiss » (2016), lauréat du prix de la Closerie des Lilas et « Une activité respectable » en 2017.

Elle obtient son doctorat en littérature américaine en 2016.
Elle revient à la rentrée littéraire de septembre 2018, toujours aux éditions du Rouergue, avec « Ma dévotion », un monologue sur la relation entre un artiste peintre et une écrivain. Elle a rédigé son ouvrage enceinte puis jeune mère, en seulement dix-huit mois.

(*Source : Babelio)


• Références :

  • Ma dévotion
  • Auteurs : Julia Kerninon
  • Maison d’édition : Éditions la brune au rouergue
  • Date de publication : 22.08.2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s