D’os et de lumière

• Le mood :

Un roman très singulier et clivant.
Un roman écrit d’un souffle qui force le lecteur à trouver son tempo. Une histoire qui se déroule en Irlande mais interroge l’ensemble de nos systèmes sociétaux modernes.


• L’histoire :

Il est midi.
Marcus Conway est debout dans sa cuisine
Il entend retentir les cloches de l’Angélus
Faisant vibrer le coeur du village de Louisburgh.
Son systolique qui redessine le monde.

Cette maison a vu grandir sa famille depuis 25 ans.
Cette place du village dont il connaît chaque trottoir.
Comme accroché au sol et à sa terre.

Effondrement économique.
Dette. Crise. Faille funeste qui embarque un pays dans des heures sombres.
Le fil de ses pensées qui se perd
Sur ces terres de martyres,
Les souvenirs de son père
La vie à la ferme avec les instruments datant du siècle précédent.

Un monde qui semblait immobile
Pourtant en proie au progrès, à l’industrie, aux machines monstrueuses.

« …car en regardant ces pièces détachées étalées au sol, mon imagination s’effraya et s’élança vers une conclusion cataclysmique plus large, l’univers lui-même était assemblé par des vis et des boulons (…) »

Les éoliennes comme des passerelles entre la terre et les cieux
Les tracteurs comme des créatures aux os lumineux
La genèse de son monde et de ses premières angoisses d’enfant
Une éolienne désossée comme un Dieu abîmé venu mourir sur terre.

Il interroge les systèmes politiques et les démocraties modernes que nous avons créées. Puis il raconte.
Le drame, scandale sanitaire qui touche la ville puis la région entière.
Mairead, sa femme tombe gravement malade.

« Le mariage avec Mairead m’avait apporté un apaisement général qui prenait la forme d’un contentement banal dans lequel je me sentais bien »

Il revient alors sur ses premiers pas en tant que père.
Lui, l’ingénieur qui a tant de mal à créer un lien avec sa fille.
Son empêchement à lui démontrer sa fierté ou son intérêt.
Sa rencontre fragile avec son fils Darragh.

Un mari ingénieur qui a su un jour séduire une existentialiste amoureuse de Simone de Beauvoir.

Un père confronté à une réalité qui le frappe.
Le bon sens ne tient aucune place en ce monde.
Il n’y a que la sagesse et la connaissance primaire par l’observation de toute chose.

Tenter de rejoindre les mondes entre eux.
La terre et les cieux.
Les boulons, le tangible et sa foi d’enfant de choeur qui parfois vacille.
Une nouvelle langue que l’auteur invente au rythme d’une lecture essoufflante.


• L’extrait :

« La lumière est saturée de goules et de fantômes et la lisière entre ce monde-ci et celui d’après est tellement floue qu’on pourrait très bien se trouver côte à côte avec les morts(…) »


• Mon avis :

J’ai aimé être déstabilisée par ces phrases sans points.
Trouver moi-même la voix du livre.
Un livre d’insurgé.
De réveil citoyen.
D’ébranlement dans la foi que l’on met dans ceux qui nous dirigent,
De cette foi depuis bien longtemps anéantie.
Un schéma apocalyptique d’un système politique que l’on désosse comme une bête de fer.
Si j’ai trouvé que le narrateur tenait une froideur effrayante et plus qu’agaçante envers sa femme Mairead,
Des sentiments distancés face à cette épouse qui me semblait merveilleuse,
J’ai été frappée par la qualité du texte et du récit au coeur d’une Irlande que j’aime tant.
Un texte qui, sans nul doute sera clivant.
Certains l’adoreront, d’autres pas.


• L’auteur :

Mike McCormack

mike_McCormack.JPG

Mike McCormack est nouvelliste et romancier.
Il a grandi dans une ferme de Louisburgh, dans le comté de Mayo en Irlande. Il a fait ses études d’anglais et de philosophie à l’Université nationale d’Irlande à Galway.

Son troisième roman, « D’os et de lumière » (Solar Bones, 2016) a été acclamé par la critique et traduit dans le monde entier.

Il a remporté le prix Goldsmiths en 2016, désigné « Roman de l’année » lors des Irish Book Awards 2016, avait été retenu dans la première sélection du Man Booker en 2017 et devient lauréat du prix littéraire international de Dublin en 2018.

Mike McCormack vit aujourd’hui à Galway.

(*Source : Babelio )


• Références :

  • D’os et de lumière
  • L’auteur : Mike McCormack
  • Maison d’édition : Éditions Grasset Les Lettres d’Ancre
  • Date de publication : 09.01.2019

2 commentaires sur “D’os et de lumière

    1. Oui, il est très particulier je l’avoue. Il demande, comme tu le dis si justement de « s’accrocher ». C’est un livre qui demande un effort pour son style, ses sujets abordés qui sont assez particuliers.
      Il mérite le détour pour sa grande singularité mais il faut trouver le bon moment ☺️

      J'aime

Répondre à loupbouquin Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s