Que le jour commence ainsi

• Le mood :

Un roman onirique et poétique sur la perte, nos vies, nos drames.
Mais surtout sur les hasards indescriptibles de la vie. Ces rencontres.
Un roman sur l’amour, les corps et les âmes qui s’embrasent.


• L’histoire :

Je venais de refermer un livre qui ne me parlait pas.
Je cherchais parmi mes piles sans savoir.
À la recherche de quelque chose de beau.
Sur mon chevet, j’ai trouvé Que le jour commence ainsi.
—-
Braver les interdits.
Goûter ce plaisir d’enfant de s’enfuir après la faute.
Éviter la punition et jubiler, jouir d’un rire vainqueur.
Un homme ordinaire saute dans un train puis en ressort en courant pour échapper au contrôleur.
Il y a des courses anodines qui raniment une vie.

Au moment de s’enfuir, une femme donnait son adresse au contrôleur.
Stella.
Un prénom qui résonnera comme une obsession contenue dans la faute.

Pour l’heure, il retrouve Emma, sa femme.
Un amour paisible empreint de cet ennui rassurant.

« Et la soirée passa. Tranquille, dans leur monde attendu. »

Si cet homme accepte sa vie normée,
Ses pensées l’interrogent constamment.
Gardiennes d’un secret enterré profondément.
Pourquoi aime-t-on ?

« On peut louer le talent, cracher sur le caractère, la solitude, regretter le superficiel ou rejeter l’épanchement, on peut admirer la poésie, l’intelligence, la beauté. Mais pour aimer, celui-ci ou celle-là, il faut qu’il reste là, bien sage, qu’il sache se soumettre aux petits plus du monde. Echapper au bon sens c’est s’assurer de n’être plus des nôtres.
Ainsi, tous les hommes tristes sont seuls.
Et tous les hommes heureux aussi. »

Son anniversaire signe la résurgence des souvenirs.
D’une blessure qu’il ne peut fuir.
D’un refuge qu’il trouve dans les bras d’Anabelle,
la fille de ses amis.
Différente, captive d’un monde étrange et silencieux.

Les albums photos crient l’absence.
La rendant plus immense encore.
L’homme revit la perte au travers de son regard d’enfant,
empli d’une tristesse qui contenait alors, le drame qui surviendrait plus tard.

« (…) elle était devenue une grande absence, un grand trou en lui. »

Comment survivre au deuil ?

Alors qu’Emma accepte ses silences,
Protège ce désir d’enfant,
Lui contient son empêchement.
Il est ailleurs.
L’amour immobile qu’ils s’offrent change de visage.
Sans démêler les corps mais en éloignant les âmes.

L’image de Stella lui revient.
Sans jamais qu’il ne la nomme.
Un fantôme à faire disparaître.
Alors il lui écrit une lettre.
La rendre réelle pour qu’elle n’existe enfin plus.

La silencieuse remise en cause de l’ordinaire.
Comme devenue soudain inhabitable.
Insupportable par de trop de banalité.

« (…) le silence est la chose du monde la mieux partagée. »

Un texte des sorties de route.
Des silences quand ça hurle au-dedans.
De ces tristesses que l’on contient derrière des sourires effacés.
Puis ce drame qui vient frapper.

« Des mots affreux avec des voix douces »

La réalité sans les mots pour la dire.
Accident. Crâne. Comas.
Comment survivre à la vie qui s’échappe ?
Écouter le battement de la vie dans son extrême fragilité désaccordée.
S’autoriser à croire en l’inédit d’une rencontre.
Et brûler.

« Tu ne partiras pas ?
Non, je ne partirai jamais.

Il prononça cette phrase qui n’existe pas. Ni l’un ni l’autre n’y crut. Ils ne crurent pas davantage qu’il s’agissait d’un mensonge ou d’une illusion. »

Un roman comme un conte poétique, initiatique et intérieur.
Où le passé se réveille pour mourir.
Où les âmes se reconnaissent sans jamais s’être connues.
Où la ville laisse place à la nature.

« C’était bon de se laisser mener par l’invisible, le mouvement épuré, le désir délesté des inconditionnelles questions qui retiennent. Il souffla sur sa vie, la peine était loin, silencieuse, discrète ou dévorée. »

Des frênes et des troènes.
De l’herbe et des bois.
Et si aimer c’était se démunir ?
Lâcher toute existence matérielle et gravir des collines ?


• L’extrait :

« La peur, encore, venait faire semblant de pouvoir tout prendre, tout défaire, ramener aux portes du réel. »


• Mon avis :

COUP DE COEUR.
Il y a ces livres qui nous sont envoyés comme pour nous délivrer un message.
L’histoire de celui-ci est un peu particulière.
Une amie de l’auteur m’a un jour contacté pour me dire que je devais absolument le lire.
Qu’elle été persuadée qu’il me parlerait.
Certains instants de votre vie sont parfois illuminés par le geste d’un inconnu qui a perçu ou reconnu quelque chose.

Guillaume Roux a cette plume incroyable qui écrit l’indicible.
Qui sonde les âmes, nos fonctionnements les plus complexes avec un regard et une poésie rares.
Chaque détail résonne comme un symbole.
Son livre contient le récit de nos mécanismes face à la perte, face à l’amour, les normes et cette paix que l’on recherche.
L’abandon de soi qui nous coûte tellement parfois.
Nos peurs qui nous paralysent.

Peut-être également attrape-t-il ainsi ces choses tellement infimes grâce à son regard de psychanaliste.
Ce qui est certain, c’est que sa sensibilité et sa plume servent la qualité d’un texte immensément riche !

Un roman à découvrir, lire et relire absolument.
Je suis même surprise qu’il n’ait pas été édité dans une des grandes et belles maisons d’éditions. Car il mériterait une mise en lumière bien plus grande.


• L’auteur :

Guillaume Roux

Capture d_écran 2018-12-16 à 12.36.19

Guillaume Roux est psychologue, psychanalyste, écrivain et cinéaste.

Né et vivant à la croisée des collines niçoises et des terres provençales, c’est tout le climat, les parfums et les contrastes puissants des rochers de la garrigue, des terres arides et de la mer qui semblent avoir nourri sa langue et son phrasé.

(*Source : Babelio)


• Références :

Que le jour commence ainsi

  • Auteur : Guillaume Roux
  • Maison d’édition : Éditions Entreprendre
  • Date de publication : 02.01.2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s