Écrire

• Le mood :

Marguerite Duras écrit le cri de l’écriture.
Le silence de sa solitude, cette nécessité de se faire sauvage quand les mots arrivent.
Ce livre c’est la réflexion du processus d’écriture.
Mais c’est elle, surtout.


• L’histoire :

La solitude d’une maison.
Neauphle.
La créer. La désirer.
Y être seule pour écrire.
Écrire partout. Partout ailleurs.
Cette écriture qui ne l’a jamais quittée.

« J’ai compris que j’étais une personne seule avec mon écriture, seule très loin de tout. »

Duras, en chat sauvage, n’a jamais partagé ses livres avec les hommes.
Elle qui était comme un danger pour eux.

« Comme j’écrivais, il fallait éviter de parler des livres. Les hommes ne le supportent pas : une femme qui écrit. C’est cruel pour l’homme. »

Et pour elle-même.
Duras épanche sa solitude alcoolique,
Parce que Duras est effrayée d’elle-même.

« Ça rend sauvage l’écriture. On rejoint une sauvagerie d’avant la vie. »

Pourtant elle ne manquera jamais d’amis ni d’amants.
Elle soulève alors les paradoxes de l’écrivain.
Puis ceux de l’écriture.
Ce besoin cruel d’avoir l’écriture pour soi, juste à elle.
Tout en ayant ce désir ardent de se frotter aux autres pour ne pas rester en dehors la vie.

Elle s’interroge.
Écrire pour crier mais se taire.

« C’est curieux un écrivain. C’est une contradiction mais aussi un non-sens. Écrire c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit. »

Elle morcèle son livre de 5 parties distinctes.
Dans lesquelles elle nous parle de l’écriture, d’un jeune anglais aviateur mort, de Rome, du nombre pur qui l’effraie tant. Tant il a tué de juifs.
Puis elle nous parle de peinture. De l’harmonie de ce que se disent les peintures entre elles.

« Un livre ouvert c’est aussi la nuit. »

20 ans pour écrire ces mots.
Et toutes les larmes qu’ils contiennent.
Ce petit frère Paulo qui revit au travers de son jeune aviateur mort pour la guerre.

Duras s’agace.
Elle est comme ça Duras.
De ces livres trop fabriqués. Non libres. Trop normés.
Elle est libre Marguerite.

J’ai été émue au plus haut point par son passage sur la mort.
La mort d’une mouche.
Parce qu’elle ne pouvait être que la seule à écrire sur la vie qui s’échappe d’une mouche.
Dix pages à observer par où s’ne va la mort.
Lui redonner sa place dans le monde et sur Terre.

« Ma présence faisait cette mort plus atroce encore. Je le savais et je suis restée. »


• L’Extrait :

« Oui. C’est ça, cette mort de la mouche c’est devenu ce déplacement de la littérature. On écrit sans le savoir. On écrit à regarder une mouche mourir. On a le droit de le faire. »


• Mon avis :

Ce livre Écrire est un essai sur le processus d’écriture dans tout ce qu’il revêt d’artistique.
Mais aussi de vie et de mort.
Car les mots consignent la vie, la mort mais surtout l’existence.
Écrire c’est ne jamais oublier et c’est ce que Duras nous dit dans ce livre.

Elle nous parle de rien.
De sa maison, puis de sa chambre.
De la mort d’une mouche et d’un jeune soldat que tous auront oublié.
En fait, Duras nous parle de Tout.
Et marque de sa plume ce que nos oublis auraient tué à jamais.
C’est un non-livre.
Un livre de pleurs, de douleur, de colère contre la politique.
C’est un regard.
C’est Écrire.
C’est ne pas mourir.
J’aime tant Duras.


• L’auteur :

Marguerite Duras

marguerite-duras_1737025_800x400-750x400

Nationalité : France
Né(e) à : Gia Dinh , le 04/04/1914
Mort(e) à : Paris , le 03/03/1996
Biographie :

*Marguerite Duras, nom de plume de Marguerite Donnadieu, est une femme de lettres, dramaturge, scénariste et réalisatrice française.

Elle passe toute son enfance au Vietnam. En 1932, alors qu’elle vient d’obtenir son baccalauréat, elle quitte Saïgon et vient s’installer en France pour poursuivre ses études. Après des études de mathématiques, sciences politiques, et une licence de droit, elle est secrétaire au Ministère des Colonies, de 1938 à 1940. Elle épouse Robert Antelme (1917-1990) en 1939. En 1942, elle accouche d’un garçon mort-né dont elle ne saura jamais faire le deuil.

Marguerite Donnadieu cosigne, au printemps 1940, avec Philippe Roques, « L’Empire français », son premier livre. Pendant la guerre, elle entre dans la Résistance. En 1945, elle s’inscrit au Parti communiste qu’elle quitte en 1950. En 1947 Marguerite Duras divorce et se remarie avec Dionys Mascolo (1916-1997) dont elle aura un enfant prénommé Jean. En 1956, elle se sépare de son second mari.

Marguerite Duras publie son premier roman, « Les Impudents », en 1943. En 1950, elle est révélée par un roman d’inspiration autobiographique, « Un barrage contre le Pacifique ». C’est le début d’une œuvre de fiction importante avec des romans comme : « Le Marin de Gibraltar » (1952), « Le Square » (1955), « Moderato cantabile » (1958), « Le Ravissement de Lol V. Stein » (1964), ou encore « Le Vice-Consul » (1966).

En 1984, « L’Amant » est publié et obtient le prix Goncourt. C’est un succès mondial. Jean-Jacques Annaud en fait un film en 1992.

Elle écrit aussi pour le théâtre, souvent des adaptations de ses romans comme « Le Square », représenté en 1957, ainsi que de nouvelles pièces, telle « L’Amante anglaise » (Prix Ibsen 1970) ou « Savannah Bay » en 1982. Elle écrit en 1959 le scénario et les dialogues du film « Hiroshima mon amour » d’Alain Resnais, qui lui vaut d’être nommée pour l’Oscar du meilleur scénario original à la 33e cérémonie des Oscars.

Elle réalise elle-même des films originaux comme « India Song » (1975), avec Delphine Seyrig, « Le Camion » (1977), avec Gérard Depardieu, ou encore « Les Enfants » (1985), avec Daniel Gélin.

En 1985 elle met en scène « La Musica deuxième » au théâtre Renaud-Barrault, puis elle publie « Yann Andréa Steiner » (1992), dédié à son dernier compagnon Yann Andréa, « Écrire » (1993) et « C’est tout » (1995).

*Source : Babelio


• Références :

  • Écrire
  • Auteur : Marguerite Duras
  • Maison d’édition : Gallimard
  • Date de publication : 13.10.1995

2 commentaires sur “Écrire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s