Tout cela n’a rien à voir avec moi

• Le mood :

Vous ne saviez pas quoi lire en ce moment ? Lisez Tout cela n’a rien à voir avec moi !
Un livre d’un humour et d’une fraîcheur incroyables qui revient sur les chagrins d’amour de MS.
Qui pose les questions de la transmission filiale. Qui essaie d’écrire le nœud, de libérer l’obsession amoureuse. Un livre qui nous offre les reliques de l’auteure, ses petits vols fétichistes, ses tableaux comparatifs. C’est singulier, ça se dévore aussi goulument que des Petits-beurre !  C’est un Prix de Flore et pas pour rien.


• L’histoire :

Que reste-t-il de nos chagrins d’amour ?
J’attrape ce livre de Monica Sabolo.
Le lis goulument dès la première page.
Si ce n’était pas du papier j’en mettrais des miettes partout !

L’auteure nous embarque pour une petite autopsie de l’aveuglement amoureux.
Et de l’effondrement.
Mais avec un humour et une telle ironie !
Alors bon, on grince des dents sur certains passages en se revoyant…forcément !
L’illustration de l’aveuglement amoureux ? Le Titanic !
Photo à l’appui.
La catastrophe vers laquelle nous courons toutes gaiement.

Puis l’auteure nous compte son chagrin d’amour avec XX.
S’en suivent alors une reconstitution de leurs échanges par SMS.
MS nous livre ses troubles du comportement avec cette jeune recrue placée juste en face de son bureau.
Ses affections cardiaques et son système nerveux qui s’emballe.

Je ris devant les photos de ses vols de briquets à répétition.
Ce livre est un reliquaire fétichiste des preuves des hommes aimés sans même qu’ils l’aient su.
Un pull porté en telle occasion.
Une religieuse à la rose avalée par XX.
Un plan de bureau avec les déambulations de XX.

Puis d’autres XX et objets suivent.
Je ris à la relation épistolaire que MS entame avec un auteur mort sans savoir qu’il l’est.
Lui demandant même un exemplaire de son livre.

« Le présage, manifestation des dieux permettant de connaître l’avenir, s’avérerait un outil non négligeable dans le cas spécifique du chagrin d’amour annoncé. »

Les débuts amoureux.
Ces signes avant-coureurs du naufrage que le sujet aveuglé refuse de voir dans son élan plein d’espoir.

« (…) l’être aimant est traversé d’une intuition aiguë : tout cela ne durera pas, voire pire, tout cela n’a pas lieu. Déchiré par le sentiment d’une perte imminente, il accumule alors les preuves matérielles de son bonheur, (…).
Cette stratégie de préservation, communément nommée politique de l’herbier (…). »

Je ris encore devant les messages télépathiques qu’elle envoie à XX en attendant un signe positif.
Contre le mal d’amour ? Euphytose bien sûr !

Bref,
Elle passionnée.
Lui désinvesti.

Puis MS remonte le fil de ses antécédents familiaux.
Son passé d’embryon jusqu’à un tableau comparatif mère/père/enfant.
Avec une question sérieuse : que transmet-on réellement à l’enfant ?
D’où vient cette propension à aimer un homme qui ne l’aime pas ?
Un destin des hommes en fuite ?

Puis je ris moins.
Je comprends alors que ma lecture de ce livre ; Summer, faite l’an dernier faisait écho à l’histoire de MS.
Ces algues de l’enfance remontées à la surface.
Cette ambiance aquatique et oppressante. Ce lac.
Cette chemise de nuit d’enfant, abîmée par la main d’un homme.


• L’extrait :

« – Je ne me sens pas bien du tout : je suis très triste, je pleure beaucoup…
– Vous avez des angoisses ?
– Pas vraiment. Je suis surtout très triste.
– Vous dormez ?
– Oui, ça va. Non je pleure juste tout le temps.
– Tenez, vous allez prendre ça. Deux comprimés matin et soir, et puis vous diminuez au fur et à mesure. »

Ce dialogue m’a fait mourir de rire.
Monica Sabolo y greffe une photo d’une boîte d’Euphytose que son pharmacien lui préconise contre le mal d’amour. C’est drôle, c’est tendre.



• Mon avis :

C’est sublime.
C’est brillant.
C’est bouleversant.
Un style très singulier qui me fait penser à Sophie Calle, oui encore je sais…

Je ne connaissais encore que le roman Summer paru l’été dernier de Monica sabolo et je regrette de ne pas avoir lui celui-ci bien avant.
Ma lecture en aurait été tout autre, même si je l’avais complètement adoré.

Bref, vraiment lisez-le.
C’est un livre court et intense !


• L’auteur :

Monica Sabolo

monica-sabolo_5939612.jpeg

*Monica Sabolo, née le 2 juillet 1971 à Milan en Italie, est une journaliste et romancière française. Ses deux derniers romans Tout cela n’a rien à voir avec moi (Prix de Flore, 2013) et Crans-Montana (Grand prix de la SGDL, 2015) ont reçu un très bel accueil.

(*Sources : Wikipedia et les Éditions JC Lattès)


• Références :

  • Tout cela n’a rien à voir avec moi
  • Auteur : Monica Sabolo
  • Maison d’édition : Éditions Pocket
  • Date de publication originale : 4 septembre 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s