À toi

• L’auteur :

Claudia Piñeiro

claudiapineiro

*Claudia Piñeiro est née en 1960 dans la province de Buenos Aires. Elle est romancière, dramaturge et auteur de scénarios pour la télévision. Elle a débuté comme conteuse publique, puis s’est consacrée à l’écriture.

Actes Sud a déjà publié : Les Veuves du jeudi (2009), qui a été récompensé par le prix Clarín et adapté au cinéma, Elena et le roi détrôné (2011), Betibou (2013) et ‘A toi’ (2015).

*Source : Actes Sud


• Le mood :

Si vous recherchez un peu de légèreté et que vous avez envie de rebondissements, ce thriller tragi-comique très rythmé pourrait bien vous plaire.  


• L’histoire :

Tout commence sur le récit d’une petite famille de prime abord bien sous tous rapports. Inès, femme au foyer est amoureuse de son mari Ernesto avec qui ils ont eu une fille Lali.
Cela fait un mois qu’ils n’ont pas fait l’amour mais cela ne peut pas être bien grave…Ernesto doit juste être fatigué. Jusqu’au jour où Inès tombe sur une lettre où il est écrit « Je t’aime », signé : « À toi. »
Profondément marquée par l’histoire de sa mère humiliée et abandonnée par son mari lorsqu’elle n’était encore une enfant, il est inenvisageable pour Inès de se trouver dans cette même situation. Il faut à tout prix sauver les apparences. Son mari l’aime. Elle en est sûre. Elle décide alors de se lancer dans une enquête et d’espionner son mari. Elle découvre qu’Ernesto a une relation avec Alicia, sa secrétaire. Le grand classique me direz-vous. Elle part alors en filature. Ernesto assassinera accidentellement la secrétaire sous les yeux de sa femme cachée dans sa voiture. Mais les apparences sont trompeuses et ce qu’Inès va découvrir défit tous le scenarii habituels. Au milieu de ce tumulte se trame un autre drame, celui de leur fille Lali, entièrement délaissée qui devra vivre une grossesse cachée entièrement seule.
Rien ne pourra plus jamais être pareil, il est désormais impossible pour Ernesto et Inès de faire marche arrière. Pour être honnête, on est happé par l’intrigue et très curieux d’en connaître le dénouement 🙂


• L’extrait :

« Il savait par cœur ce qui allait se passer. Cela faisait tellement d’années qu’ils étaient ensemble.
« Erni, tu dors ? » – « Non. » – « Tu viens ? » – « Bon. »
Ernesto monterait sur elle, il commencerait son office, il le finirait et s’endormirait. Et, tandis qu’il s’affairerait, il y aurait les gémissements d’Inès. Des gémissements réguliers, identiques et simulés.
Ernesto éteignit la lumière de la cuisine et il monta. Il fit un crochet par la chambre de Lali. Il y entra et il regarda pendant un moment. Il souffrait de savoir que, dans seulement quelques jours, elle partirait faire son voyage de fin d’année. »


• Mon avis :

J’ai passé un bon moment en compagnie d’Inès et de ses frasques avec son mari infidèle.
Ce n’est pas non plus le meilleur roman que j’aurai lu cette année, mais l’intrigue m’a tenu jusqu’au bout si bien que j’ai dû le lire en seulement quelques heures.
Le style y est assez dénudé et simple mais très fluide. J’ai pris le parti de le lire comme une pièce de théâtre et c’était plutôt sympa. Les faits nous sont contés par Inès qui nous fait avancer avec elle dans son enquête, les indices se dessinent et les situations cocasses font sourire.
L’auteure n’est pas en reste sur son analyse de la vie conjugale. Elle y dresse le portrait d’un drame familial intéressant sous plusieurs aspects.
Même si le personnage d’Inès est très romancé, et le personnage d’Ernesto somme toute assez cliché, l’auteure aborde des sujets sensibles. Le déni de la femme bafouée et trahie par son mari. La lâcheté du mari infidèle. La solitude d’une adolescente grandissant dans le désintérêt et la jalousie maternelle.

Malgré le fait qu’Inès soit la victime des nombreuses infidélités de son mari, elle cherchera coûte que coûte à l’en protéger (tout autant qu’elle s’en protège pour moins souffrir). Elle ne souhaite qu’une chose : retrouver l’amour de son mari qui s’est depuis longtemps déjà détournée d’elle. Prête à tout, elle va même jusqu’à tenter de maquiller le crime de son époux lui pardonnant toutes ses fautes.

Ce personnage bascule à un moment comprenant que la lâcheté et la traitrise de son mari sont sans égal. Le déni dans lequel elle était depuis le début laisse brutalement place à la folie. Ce personnage nous dresse également le portrait d’une mère que l’on pourrait qualifier d’absente dans son rôle maternel mais surtout jaloux de la relation que son époux a pu tisser avec sa propre fille.
L’auteure plonge au cœur des sentiments les plus sombres et vils qu’il puisse y avoir au sein d’une famille.
J’ai aussi aimé le joli ficelage de ce thriller sous couvert de tragédie familiale. Le rythme y est enlevé, soutenu et l’auteure nous réserve des surprises tout au long du récit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s