Point cardinal

• L’auteur :

Leonor de Récondo

Leonor-de-Recondo

Léonor de Récondo commence le violon à cinq ans. Elle est ensuite devenue violoniste baroque, lauréate du concours international de musique baroque Van Wassenaer (Pays-Bas) en 2004.

Léonor de Récondo débute en 2010 une carrière d’écrivain en faisant paraître son premier roman, La Grâce du cyprès blanc. En 2013, à la suite de la publication de son roman Rêves oubliés, elle reçoit le Prix littéraire des lycéens et apprentis de Bourgogne.

Elle reçoit en 2015, pour son roman Amours, le prix des libraires, le Grand prix RTL-Lire, et l’année suivante, en 2016, le Prix des étudiants francophones, dépendant du Prix littéraire des jeunes Européens.

*Source : Wikipedia


• Le mood :

Si des désirs dorment au fond de vous sans que jamais vous n’ayez osé les réveiller ou les affronter, alors ce livre est sans doute pour vous. Il nous parle du courage d’être soi, d’être ce que nous désirons, d’oser, n’en déplaise à certains. Un roman qui tente de démêler quelques questions sur cette grande quête de l’existence.


• L’histoire :

Une femme se déshabille. Mathilda. Là, dans sa voiture sur le parking d’un supermarché face à un bar ; le Zanzi. Une fois retirés la perruque, les bas, les escarpins, le maquillage, apparaît Laurent dans le rétroviseur. Il rentre chez lui retrouver femme et enfants. Une évidence, une relation d’une très grande tendresse.

Un bonheur tranquille qu’il s’est construit avec Solange qu’il a rencontrée au lycée. Ensemble ils ont eu Thomas, l’aîné de 16 ans et Claire, la cadette âgée de 13 ans.

Laurent pédale chaque jour pour oublier, pour maintenir à distance l’appel de son corps, son cri intérieur.

Mais trois jours seuls chez lui suffiront à tout faire voler en éclat.
Laurent se cache pour se travestir, il ne l’avait encore jamais fait chez lui. Ça le bouleverse. En rentrant chez eux sa femme trouvera une épingle avec un cheveu blond.

« Il me trompe ».

Il ne peut plus reculer devant l’évidence. L’homme et la femme en lui prennent tour à tour la parole pour finir entremêlés puis n’en laisser qu’une prendre la parole.

Il ne s’agit pas que d’un homme qui devient enfin ce qu’elle est : une femme. Il s’agit aussi des autres. De la cellule familiale qui vole en éclats. Du regard de l’autre. La force qu’il faut pour oser être soi.

 Nous regardons ainsi l’édifice familial craquer, un soir lors d’un dîner :

« Je suis une femme ».

Chacun réagit comme il le peut, avec le courage qu’il a.

Les questions fusent. Ce n’est pas seulement son existence que Laurent remet en question, c’est celle des autres, leurs certitudes, la norme.
Aurait-il voulu être mère ? Me désirait-il vraiment ? Qui suis-je ? Des années de mensonges ? Est-il ma mère ou mon père ? …

 


• L’extrait :

 

« Mais il y a autre chose que je veux que vous sachiez. Une chose dont je n’ai jamais douté. Si je ne me suis jamais senti homme, je me suis toujours senti père. »

 


• Mon avis :

Un très beau roman d’une écrivaine qui manie la plume et les questions sur ce qui fonde notre identité de manière assez magistrale.

L’auteure décrit la quête de soi et le cheminement d’une femme née dans le corps d’un homme. Son talent, c’est de n’évoquer quasiment jamais (à deux reprises seulement) la transexualité. L’auteur ne tombe pas dans la facilité. Elle reste juste.

Car le sujet qu’elle évoque est bien plus vaste. C’est ce qui m’a plu d’ailleurs.

Avec une délicatesse folle et en élevant l’ordinaire à l’intense, c’est l’éclatement d’une cellule familiale qu’elle raconte. C’est de la mutation d’une famille dont on parle, au-delà de la femme. C’est la paternité dans son sens le plus profond. C’est l’essence de qui nous sommes. C’est le courage de braver la norme. C’est l’amour plus fort que toutes les peurs. C’est ce qui est indéboulonnable.

Léonor de Récondo nous fait entrer dans l’intime : comment se souvenir de qui a été l’autre durant toutes ces années, comment ne pas oublier la peau, l’étreinte, le corps.

On dit souvent qu’il n’y a rien de plus compliqué que la simplicité. C’est ce que réussit l’auteure brillamment.

2 commentaires sur “Point cardinal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s