Par le vent pleuré

• L’auteur :

Ron Rash

ron rash.jpg

*Ron Rash, né à Chester en Caroline du Sud en 25 septembre 1953, est un écrivain, poète et nouvelliste américain, auteur de romans policiers. Il remporte le Grand prix de littérature policière en 2014 avec le roman Une terre d’ombre (The Cove).

(*Sources : Wikipedia)


• Le mood :

Envie de frissonner ?
Si vous êtes friands de polars et de romans psychologiques puissants et subtils, vous êtes au bon endroit…


• L’histoire :

Bill et Eugène, deux frères, vivent sous la coupe d’un grand-père cruel et tyrannique. Nous sommes à l’été 1969 dans une petite ville des Appalaches, vierge de toutes révolutions : communautés hippies, drogues, rock, sexe, Vietnam…

Chaque jour, les deux frères vont pêcher à la rivière dans le but ramener des truites à leur grand-père, grand médecin de la petite ville de Sylva.
C’est ici qu’ils feront la rencontre de Ligeia ; une belle sirène rebelle et aguicheuse venue de Floride, qui bouleversera leur vision de la vie mais surtout leurs vies.

Elle séduira d’abord Bill, le grand frère, l’emmenant dans la forêt pour s’adonner à des plaisirs sensuels et sauvages. Puis s’intéressera également à Eugène, plus jeune, plus friable et modelable que Bill qui lui renvoie une image plus inflexible et sérieuse. C’est avec cette jeune sirène qu’il perdra sa virginité.

Un rapport de force et de la jalousie vont alors s’instaurer entre les deux frères, Eugène voulant à tout prix briller et surpasser celui qui a toujours eu la préférence du grand-père ; celui qui est depuis toujours promis à devenir un grand chirurgien.

« D’ailleurs on a trouvé ça extrêmement bon, elle et moi. J’ai été aussi bien que toi, peut-être même meilleur. C’est elle qui me l’a dit. »

Au fil de leurs rencontres, Ligeia leur demandera de ramener de l’alcool, puis un jour ose leur demander de voler des médicaments dans le cabinet du grand-père pour « planer ».
Bill osera. Une seule et unique fois. Eugène quand à lui va se retrouver pris dans un engrenage qui le dépassera, continuant de voir Ligeia, lorsque son frère refuse de continuer à la fréquenter, sentant le danger.
La jeune femme a-t-elle seulement des sentiments pour lui ? Ou n’est-ce que jeu et manipulation pour espérer arriver à ses fins…

46 ans plus tard, les ossements de cette jeune fille sont retrouvés sur la grève de la rivière. Il va s’agir de déterrer des secrets enfouis et de bousculer les consciences.

Ligeia n’a donc jamais quitté Sylva à la fin de l’été contrairement à ce qu’Eugène avait toujours pensé.
Il va ainsi découvrir que son frère, devenu le grand chirurgien qu’avait rêvé son grand-père, lui a menti. Il est le dernier à avoir vu la jeune femme avant qu’elle rentre chez elle en Floride.
Il est alors l’heure de comprendre, cela va devenir la seule et unique obsession d’Eugène.

Devenu alcoolique à temps plein, ayant perdu sa femme, puis sa fille qui ne veut plus le voir ; Eugène sera même soupçonné par la police d’avoir assassiné Ligéia. Quanrante-six ans plus tard, des langues se délient à Sylva.

Alors que s’est-il réellement passé ? A-t-elle été victime d’un tueur en série ? Est-ce une histoire de coeur qui aurait mal tourné ? Ligeia aurait-elle été assassiné par un dealer à qui elle devait de l’argent ?
Tout est possible…


• L’extrait :

 

« Le silence peut être un lieu. Ce sont les mots qui me viennent. C’est là, d’ailleurs, qu’une si grande part de ma vie a été vécue (…) »

 


• Mon avis :

❤️Un immense coup de coeur pour cette oeuvre de Ron Rash ❤️

Un roman qui interroge notre sens moral tout au long du récit.
Une histoire haletante d’une véritable intelligence. Une atmosphère de huit clos malgré les escapades au bord de cette rivière…

Je suis restée en tension tout au long du récit, mes préjugés ont été mis à mal jusqu’à la dernière page. Une des leçons de ce livre d’ailleurs.
Une histoire sombre qui nous interroge sur les mécanismes du pouvoir, du contrôle et de l’influence redoutable, qui prennent ici effet au sein d’une famille.
Un jeu subtil entre passé et présent pour nous faire revenir sur les secrets d’un crime effectué il y a quarante six ans…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s